Les frites : pourquoi a-t-on tant de mal à arrêter d’en manger ? Une étude répond

On dit que la nourriture est l’un des plaisirs de notre vie. En effet, manger avec goût et avec soin, sans excès, est un plaisir. Il y a des aliments qui séduisent vraiment tout le monde au premier coup d’œil : c’est le cas des frites.

Bien qu’elles soient frites dans l’huile et qu’elles ne soient pas vraiment saines, les frites font partie de ces aliments dont beaucoup de gens ne peuvent se passer. Elles plaisent aux jeunes comme aux moins jeunes. Mais vous êtes-vous déjà demandé comment cela se produisait ?

L’étude sur les frites

Pour répondre correctement à cette question, des chercheurs ont mené une étude sur le sujet. Il s’agit de Nicholas DiPatrizio, Daniele Piomelli, Giuseppe Astarita et de chercheurs de l’Université de Californie et de l’Institut italien de technologie de Gênes. Ils ont publié les résultats de leur étude dans les Proceeding of National Academy of Sciences.

Voyons, dans le paragraphe suivant et en détail, en quoi consiste cette recherche.

Les résultats de l’étude

Les chercheurs ont constaté que lorsque les souris mangent des graisses, la production immédiate de certaines substances spéciales appelées endocannabinoïdes est activée, ce qui n’est pas le cas lorsque l’on consomme des protéines et du sucre. Ce processus commence dans la bouche, passe par le cerveau et atteint ensuite les intestins.

Observations de la recherche

Daniele Piomelli a constaté que les animaux ont un grand besoin de manger des graisses mais que celles-ci sont peu présentes dans la nature. Chez l’homme, en revanche, les aliments gras sont présents en grande quantité, mais il faut faire attention car on risque de développer obésité, cancer, diabète, etc.

Qu’est-ce que l’hyperphagie hédoniste ?

Qu’est-ce que l’hyperphagie hédoniste ? L’hyperphagie hédoniste consiste à manger non pas parce que l’on a vraiment faim, mais plutôt pour le plaisir, de manière tout à fait excessive. Cela explique pourquoi, par exemple, nous ne pouvons pas renoncer aux frites alors que nous sommes déjà rassasiés. Le cerveau reçoit un message tout à fait positif lorsqu’il voit des graisses et des hydrates de carbone.

La libération de dopamine par le sel

Il a également été constaté que le sel contenu dans les frites libère de la dopamine. Il s’agit d’une substance chimique capable d’entrer en contact avec le centre du plaisir de notre cerveau. Ainsi, lorsque le cerveau entre en contact avec des graisses et des hydrates de carbone, il ne peut plus s’en passer et en réclame de plus en plus.

Les conclusions de la recherche sur les frites

Puisque les aliments gras, à long terme et s’ils sont consommés régulièrement, sont mauvais pour la santé, il faut agir pour bloquer l’action des endocannabinoïdes. Une solution serait de prendre certains médicaments qui bloquent leurs récepteurs. Heureusement, il ne devrait pas y avoir d’effets secondaires négatifs, car ces médicaments n’atteindraient pas le cerveau.

Plus d'articles

Afficher plus Chargement...No more posts.
Share via
Copy link