Le piment est-il bénéfique pour la santé ? Oui, dans certains cas, il présente plusieurs avantages. Cependant, une consommation excessive peut entraîner plusieurs problèmes.

Si vous êtes amateur de piments, c’est une bonne chose. En effet, ce fruit apporte de nombreux bienfaits à notre santé. Cependant, en raison de sa composition particulière, il est préférable de ne pas en abuser. Une surconsommation peut entraîner des problèmes de santé sérieux. Tout cela est dû à la capsaïcine, la principale molécule du piment. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, elle n’est pas contenue dans les graines, mais dans la membrane qui les entoure. Plus cette membrane est importante, plus le piment est fort.

Mais est-il réellement bon pour notre santé de manger du piment ?

En général, les piments contiennent peu de glucides, de petites quantités de protéines, des fibres, des antioxydants, du bêta-carotène (qui se transforme ensuite en vitamine A dans l’organisme), de la vitamine K1, du potassium et du cuivre.

En réalité, comme on ne consomme généralement pas de grandes quantités de piments par jour, les macronutriments et micronutriments qu’ils apportent n’influencent en rien l’apport journalier. De plus, les piments sont généralement utilisés sous forme de poudre pour aromatiser les plats.

Cependant, il est préférable de ne pas abuser de la consommation de piments. En effet, la forte teneur en capsaïcine peut être nocive pour la santé si elle est ingérée en excès. Par exemple, il est bien connu que les personnes souffrant d’hémorroïdes ou de formes de colite (y compris le syndrome du côlon irritable) doivent éviter de consommer des piments.

De plus, une consommation élevée de piments, et donc de capsaïcine, risque de désensibiliser progressivement les récepteurs du goût et de la douleur. Cela peut entraîner une incapacité progressive à percevoir le goût épicé et brûlant du piment. Cela pourrait expliquer pourquoi les amateurs de piments recherchent toujours des piments plus forts. Il ne s’agit peut-être pas d’une forme d’addiction, mais plutôt du fait qu’ils ne ressentent plus l’impact.

D’ailleurs, en parlant de piments, le Carolina Reaper n’est plus le piment le plus fort du monde : il a été détrôné par le Pepper X, dont le degré de piquant sur l’échelle de Scoville dépasse les 2 millions.